Créé en 1982, en remplacement des Groupes 4 et 5 par la F.I.S.A. le Groupe B, rassemble les voitures de grand tourisme produites à  200 exemplaires. Cette catégorie, présente sur circuits et routes, devint très vite mythique grâce aux voitures d'une incroyable puissance et marqua plus particulièrement le Championnat du monde des Rallyes. En revanche, suite à plusieurs accidents mortels, la F.I.S.A., se prononça pour son bannissement à la fin du championnat des rallyes de 1986. Regroupant des voitures légendaires  comme l'Audi quattro Sport, les Lancia Rally 037 et Delta S4, ou encore la Peugeot 205 Turbo 16 et en circuit: la Porsche 961 ( un dérivé de la 959) ou la Ferrari 288 GTO.

  En fin des années 70, la Fédération Internationale du Sport Automobile ( FISA), donna son autorisation pour l'emploi des transmissions à quatres roues motrices en rallyes, permettant aux  constructeurs de s'affranchir des limites de puissances jusque là imposées par les propulsions. Lorsque le Groupe B fut créer, celà permit l'utilisation de matériaux et techniques diverses ( Kevlar, vitres plastique, poids minimal, puissance sans limites etc...) les constructeurs s'en donnèrent à coeur-joie, en faisant un peu tout et n'importe quoi, cependant  pour pouvoir bénéficier de l'homologation, les voitures étaient soumises à plusieurs restrictions spécifiques allant de la production à la modification, en passant par les roues et les pneumatiques ainsi que les classes. Tout était scupuleusement contrôler par la F.I.S.A., qui donnait son accord ou son refus. C'est la firme allemande Audi ,qui la première contribua à l'essor du Groupe B, en engageant une quatre roues motrices, bâptisée quattro, comme voiture ouvreuse lors d'un des rallyes du championnat du monde, le pilote finlandais Hannu Mikkola,  réalisa alors le temps scratch, étant 10 minutes plus rapide que les autres voitures engagées !!.

Toujours plus vite, toujours plus puissant

  1983 marque l'entrée du Groupe B, dans le championnat du monde des rallyes, mais d'emblée c'est les Audi  quattro A1/A2 qui dominent les épreuves et Hannu Mikkola est sacré champion du monde au terme de la saison. En revanche l'Allemande manque de régularité et c'est Lancia qui empoche le titre constructeur avec sa Lancia Rally 037, qui est encore à propulsion, car le constructeur italien ne faisait guère confiance à la technique des quatre roues motrices. De plus Opel et Toyota intègrent le Groupe B. En 1984, une fois de plus les Audi démontrent leurs agressivitée, mais lors du Tour de Corse, un nouvel adverssaire apparait, qui par la suite va contrarier les ambitions de la firme aux anneaux,  c'est Peugeot qui arrive avec sa 205 Turbo 16 et le constructeur au lion se donne les moyens de rivaliser en engageant le finlandais Ari Vatanen ( champion du mode en 1981 chez Ford), mais alors qu'il est en tête au cours des premières spéciales duTour de Corse, devant Audi et Lancia il doit abandonner. Au terme de la saison, le pilote suédois Stig Blomqvist est sacré champion du monde et offre a Audi le titre de constructeur tant convoité.

1985-1986, les années noires pour Lancia.

  L'année 1985 marque la domination de l'écurie Peugeot, avec sa petite 205 T 16 plus légère que ses concurentes. Cette année là les Audi souffraient à nouveau d'un manque de régularité et les  Lancia Rally 037, ne pouvaient plus espérer combler leurs retards technologiques. Un drame va se produire le 2 mai, lors de la quatrième spéciale du Tour de Corse, la Lancia Rally 037 de l'italien Attilio Bettega, dérape en sortie d'un virage, percute plusieurs arbres sur le bord d'un ravin et dévale la pente un peu plus bas. Le choc est extrémement violent et le pilote est tué sur le coup, son copilote Maurizio Perissinot s'en sort indemme. Marqué par cet accident et en signe de deuil les deux pilotes du Team Martini encore en liste: Massimo (Miki) Biasion et Markku Alèn se retirent de l'épreuve. A la fin de la saison Peugeot remporte les deux titres et Timo Salonen succède a Stig Blomqvist sur la plus haute marche du podium. En même temps des évolutions toujours plus grandes et déraisonnables apparaissent sur des voitures déjà présentes, et beaucoup de constructeurs séduits par les faibles contraintes d'homologations vont rejoindre le Groupe B. On y retrouve entre autre Citroën avec la BX 4 TC, la RS 200 de Ford ou la Metro 6R4 de chez Austin.

Le crépuscule des monstres.

  La saison 1986, prométait d'être particulièrement haletante, la F.I.S.A. voulait aller encore plus loin que le Groupe B, envisageant de créer le F.I.A. Groupe S., le suspense s'annoncait bien. Audi alignait les dernières évolutions de ses quattro les S1 avec une puissance de 500ch et un pakage aérodynamique assez imposant pour le maintient au sol. Lancia engageait une nouvelle arme avec sa Delta S4 avec une double suralimentation de son moteur (Turbo+compresseur). Peugeot defendrait son titre avec la 205 Turbo 16 Evo 2 et Ford,  qui venait d'intégrer le Gr B, disposait  d'une RS 200 à la pointe de la Technologie. Toutes ces perseptives de puissance, attiraient naturellement les foules qui se massaient toujours plus nombreuses sur le bord des routes pour venir admirer les fauves en action. Beaucoup de pilotes s'étaient déjà plaints mais rien ne fut fait. Malgrè le balisage mis en place, certains irresponssables le franchissaient allègrement inconscients du danger auquel ils s'exposaient. C'est ainsi que lors du rallye du Portugal la RS 200 de Joaquim Santos percuta la foule dans un virage, faisant 3 morts et une dizaine de blessés. Les écuries de pointes quittèrent le rallye avec tant de spectateurs inconscients sur le bords des spéciales. Mais le coup de grâce du Groupe B arriva au Tour de Corse. Le 2 mai, la  Lancia Delta S4 du finlandais Henri Toivonen, qui est alors en tête du rallye et du championnat, fait une violente sortie de route et plonge dans un ravin. La voiture percute des arbres et des rochers puis explose. Henri Toivonen et son copilote Sergio Cresto meurent un an jour pour jour après l'accident fatal d'Attilio Bettega lors du même rallye. Dans le virage où l'accident se produisit il n'y avait aucun spectateurs et l'on mit du temps pour se rendre compte que quelque chose n'allait pas. Lorsque les secours arrivèrent il ne restait que le chassis tubulaire de la voiture, tout avait disparu dans l'incendie. les experts ne purent jamais déterminer la cause de l'accident.  Cette fois le sort du Groupe B était jeté, Audi et Ford quittèrent le Groupe B et la F.I.S.A. gela le développement sur les voitures du Groupe B, avant de le supprimer pour la saison 1987, elle mit aussi un terme à son projet du Groupe S.

   La fin de la saison fut sujette à des contreverses. Peugeot fut disqualifiée du rallye  Sanremo par des commissaires italiens pour des jupes de la 205 Turbo 16 jugées illégales. L'équipe cria au scandale dénonçant une manoeuvre pour favoriser Lancia. Lors du rallye de Grande-Bretagne, les commissaires jugèrent la voiture conforme alors qu'elle était dans le même état ce qui appuya les réclamations de Peugeot. Onze jours après le dernier rallyes de la saison au Etats-Unis la F.I.S.A. casse le résultat du Sanremo, faisant ainsi passer le titre de pilote Markku Alèn de Lancia à Juha Kankunen pilote Peugeot. La marque au lion signe donc son deuxième doublé conséqutif .

  Les voitures du Groupe B, ne seront bien sur pas engagées pour la saison 1987, mais n'ont pas totalement disparus du sport auto. Quelques unes ont continué notamment les Peugeot 205 Turbo 16, modifiées au rallye raid Paris-Dakar. on retrouva aussi des Audi et Peugeot dans les courses de côtes de Pikes Peak aux USA. Ford revendit ses RS 2000, à des acheteurs privés et on les vit  beaucoup dans les courses de rallycross, tout comme les Metro 6R4 d'Austin. La F.I.S.A. supprima aussi la catégorie en circuit pour le peu d'intérêt qu'elle suscitait et pour son coup élévé. Il faut signaler tout de même que des Porsche et des BMW du Groupe B, ont participé aux 24 Heures du Mans, jusqu'au milieu des années 80.                 

audi q

L'audi quattro, puissante et combative, se révéla particulièrement véloce et accéda à la plus haute marche du podium dès son premier engagement.

bloomqvist

Le pilote finlandais Stig Blomqvist à l'attaque lors du rallye de Monte-Carlo de 1985. Pendant près de deux ans l'Allemande sera la reine inconstesté du Championnat du monde, avant qu'une petite nouvelle ne vienne lui ravir la vedette.      

205

1984, le constructeur Peugeot engage pour la première fois en Championnat du monde des Rallyes, sa dernière née, la 205 Turbo 16, avec le pilote finlandais Ari Vatanen. La petite Sochalienne très agile sur presque toutes les surfaces va s'imposer en 1985 en remportant le Monte-Carlo. Pour la saison 1985, ce sera un autre pilote nordique Timo Salonen de l'écurie Peugeot qui prit la tête du classement au Portugal, et Vatanen fera une violente sortie de route pendant la première spéciale du rallye d'Argentine, sérieusement blessé il ne pourra pas prendre part à la saison 1986. Dès 1985 l'écurie Audi venait de trouver un adversaire à sa mesure.             

037

La Lancia Rally 037, fut une voiture très combative, elle remporte le Championnat du monde des Rallyes en 1983 dans la catégorie constructeur,  à deux points seulement devant Audi. Mais l'entêtement du constructeur italien, qui ne faisait pas confiance aux quatres roues motrices, empêcha la 037 de tenir tête aux Audi lors des saisons suivantes, son manque d'efficacité sera néanmions compensé par une régularité constante.

bettega

Jean Ragnotti (au centre) pilote Renault et Attilio Bettega, lors de l'ouverture du Tour de Corse en 1985, au cours duquel le pilote italien trouvera la mort dans une violente sortie de route, le 2 mai.

crash

L'épave de la 037 de Bettega après son accident, seul son copilote s'en est sorti indeme.

evo 2

205 Turbo 16 Evo 2.

metro

                           Austin Metro 6R4.                                                    

rs 200

Ford RS 200, remplaçante de l'Escort MK II. (Brian Snelson)                                                                    

s4

En 1986, la Scuderia Lancia revient avec sa nouvelle arme la Delta S4, un monstre de 550ch, avec lequel le constructeur compte bien renouer avec le succès. Pourtant il était écrit que la marque italienne allait de nouveau être frappé par le sort, Le 2 mai 1986, au Tour de Corse, un an jour pour jour après l'accident mortel de Bettega,  le pilote finlandais Henri Toivonen prend la tête du classement en réalisant 17 scratches malgrè une forte fièvre. Deux jours plus tard dans la 18e spéciale dans le Col d'Ominanda, la Lancia portant le n°4 sort de la route, plonge dans un ravin et explose 15 mètres en contrebas, Henri Toivonen et son copilote Sergio Cresto sont tués. A la suite de tous ces drames, la FISA décida de la supression du GrB pour 1987.    

att

 Attilio Bettega 1953-1985.

toivonen

Henri Toivonen 1956-1986.

cresto

Sergio Cresto 1956-1986.      

rohrl

Walter Röhrl, après plusieurs saisons chez Lancia, le pilote allemand sera recruté par Audi.     

allen

Markku Alen, après plusieurs titres chez Fiat et notamment en 1978 sur une 131 Abarth, il passa dans l'écurie Lancia.        

vata

Ari vatanen.

biason

Massimo "Miki" Biasion.

stig

Stig Blomqvist.

kkk86

Juha Kankkunen. (t16.celeonet.fr)

Timo_Salonen-schiavon-actualites

Timo Salonen. (shiavon-sa.com)

mikola

Hannu Mikkola.

Mouton1986TDC

Michèle Mouton pendant ses années chez Peugeot. (bmwkraftur.is)