Depuis 1939, Reinhard Heydrich est à la tête du RSAH (Office central de sécurité du Reich) qui regroupe la Gestapo, l'agence de sécurité du parti nazi (Sicherheitsdienst (SD)), la police crimminelle (Kripo) et il est également le Président d'Interpol. C'est un personnage essentiel dans l'élimination des opposants d'Hitler et plus tard devint l'un des organisateurs clefs dans le génocide des Juifs. De part son pouvoir et ses compétences il est redouté de presque tous les généraux allemands. En raison de sa cruauté il est surnommé "le boucher de Prague", "la bête blonde" ou encore "le bourreau".

  Le 27 septembre 1941 il est nommé Protecteur de Bohême-Moravie succèdant à Konstantin von Neurath qui est écarté par Hitler, sous les conseils d'Heinrich Himmler et d'Heydrich, jugeant qu'il est trop modéré dans sa lutte des comportements anti-allemands des Tchèques. Reinhard Heydrich arrive à Prague afin d'accentuer la pression sur la population tchèque et augmenter la production des moteurs et des armes fabriquées dans le pays. Depuis sa nommination, il à pris pour habitude de se déplacer dans une voiture ouverte pour montrer sa confiance dans les forces d'occupation et l'efficacité de leur répression sur les populations locales. Vers la fin de 1941 Adolf Hitler contrôlait paratiquement toute l'Europe continentale et les forces allemandes approchaient de Moscou. Le gouvernement en éxil dirigé par Edvard Beneš, subit la pression des services de renseignement britanniques qui trouve la résistance en territoire tchèque très limité depuis le début de l'occupation allemande en 1939. La Tchécoslovaquie produit d'importantes quantité d'armes pour le IIIe Reich. La mort d'Heydrich devait constituer une perte énorme et représenter une victoire, sinon stratégique et psychologique profonde.

  L'opération nommée Anthropoid est planifiée par le Special Operations Executive (SOE) la branche du Service Intelligence Service britannique qui soutenait la Résistance dans les pays occupés. Cette opération prévue pour le 28 octobre sera éxécutée par des soldats tchècoslovaques entrainés en Angleterre et parachutés sur le territoir de Bohême - Moravie. Les principaux protagonistes sont: Jozef Gabčík, originaire de Slovaquie et Karel Svoboda qui est tchèque. Ils quittent Londres rapidement pour s'entrainer vers Manchester, mais au cours d'un saut de préparation Svoboda se blesse à la tête. De retour à Londres le 6 octobre il est éxaminé par un medecin pour des migraines persistantes. Il est finalement remplacer par Jan Kubiš , mais l'opération est reportée car ce dernier n'a pas de faux-papiers.

  Dans la nuit du 28 décembre 1941, sept soldats tchécoslovaques répartis en deux groupes (Silver A et Silver B) embarquent dans un bombardier quadrimoteurs Handley-Page Halifax de la Royal Air Force pour être parachutés au-dessus de la Tchécoslovaquie. Le groupe de l'opération Anthropoid est largué à 2h24, il devait initialement atterir près de Plzen, mais à causes d'une erreur de naviguation le groupe se pose à l'Est de Prague. Les deux parachutistes doivent donc se rendre à Plzen pour rejoindre leur contact, puis de nouveau à Prague où ils seront hébergés par la famille Moravec et vont entretenir des relations avec des organisations de résistance qui les aident à préparer l'attentat contre Heydrich.

  Le 27 mai 1942 vers 10h35, Reinhard Heydrich se trouve à l'avant d'une Mercedes décapotée qui effectue le trajet d'une vingtaine de kilomètres entre sa résidence du village de Panenské Břežany et le château de Hradčany où se situent ses bureaux. Cette fois il n'attend pas l'escorte qui l'accompagnait habituellement. Placés sur le trajet Gabčík et Kubiš attendent à un arret de tramway situé dans un virage sérré près de l'Hôpital Bulovka dans le quartier Prague 8, tandis qu'un 3e homme Josef Valčík fait le guet à une centaine de mètres au Nord. C'est lui qui devra avertir de l'arrivée de la voiture, à l'aide d'un miroir. Pour l'attentat Gabčík, en plus de son arme de poing, dispose d'un pistolet-mitrailleur Sten, et Kubiš possède trois grenades antichars modifiées, toutes les armes sont cachées dans des serviettes porte-documents.

  Lorsque le guetteur signale l'arrivée de la voiture, Gabčík, sort son pistolet-mitrailleur et se précipite devant la Mercedes qui vient de ralentir pour prendre le virage sérré, mais la Sten est enrayée et aucun coup de part. Heydrich ordonne à son chauffeur d'arrêter la voiture, puis se lève pour abattre Gabčík. Au même instant Kubiš resté en arrière sur le troittoir lance une grenade vers la voiture sans l'atteindre, elle explose vers la roue arrière droite, des éclats transpercent la carrosserie entre l'aile et la portière, projetant des débris de rembourage du siège et du métal dans le dos d'Heydrich, Kubiš est légèrement touché au visage. Gabčík abandonne sa Sten et les deux hommes sortent leurs revolvers pour tirer sur Heydrich, mais encore sous le choc de l'explosion ils manquent leur cible: ils prennent la fuite dans des directions différentes. Le chauffeur le SS-Oberscharführer Johannes Klein part à la poursuite de  Kubiš qui monte sur une bicyclette, Heydrich ne ressentant apparemment pas ses blessures sort du véhicule en titubant, il réplique et tente de rattraper Gabčík, mais s'effondre rapidement sur le sol, Klein qui n'est pas parvenu à arrêter Kubiš, revient vers Heydrich qui saigne abondamment, celui-ci lui ordonne de poursuivre Gabčík qu'il fini par repérer dans une boucherie, mais le fuyard fait feu à plusieurs reprises, et blesse sérieusement Klein à une jambe. Le parachutiste à le temps de s'échapper prend un tramway pour rejoindre une cache. A cet instant les trois hommes pensent qu'ils ont échoués.

  Reinhard Heydrich est transporté d'urgence à l'Hôpital Bulkova tout proche, où il est opéré. Il se remet lentement, mais six jours plus tard, son état se dégrade subitement. Les medecins n'avaient pas vus les minuscules fibres de crin de cheval du rembourage du siège de la voiture qui avaient été projetés durant l'exolosion et qui s'étaient introduits dans les blessures. Atteint de septicémie Reinhard Heydrich sombre dans le coma le 3 juin et décède le lendemain. Les responsables nazis vont conduire des actions intensives pour retrouver les meurtriers, avec une demande de collaboration de la population et offrent une prime. Quelques jours après c'est un membre d'un autre commando parachuté le 28 mars, Karel Curda passé à l'ennemi pour empocher la prime d'un million de Reichmarks qui va dénoncer la famille Moravec qui avait hébergés les deux parachutistes. Après un interragatoire "poussé" les Allemands finissent par retrouver les membres du commando, avec d'autres agents parachutés, cachés dans l'église orthodoxe Saints-Cyrille-et-Méthode de Prague. Le 18 juin 1942, 700 SS du bataillon de réserve "Deutchland" et "Prag" font le siège de l'édifice, mais ne sont pas en mesure de prendre les commandos vivants. Trois d'entre eux, dont Kubiš montent la garde dans les galeries latérales et la tribune d'orgue. Ils livrent un combat acharné pendant deux heures, d'eux sont gravement blessés et se suicident, Kubiš touché à plusieurs reprises meurt vidé de son sang. Les quatre autres commandos dont Gabčík se réfugient dans la crypte, ils refusent de se rendre, malgrè les assauts répétés des SS, d'une tentative d'enfumage au gaz lacrymogène et de l'inondation causée avec le concours des pompiers de la ville. Ils se suicident pour éviter d'être pris . Les Allemands et la police subirent également des pertes avec 14 SS tués et 21 blessés.

  Gorazd Pavlik, l'évèque de Prague pris sur lui pour les actions dans l'église, afin de limiter les représailles. Arrêté et torturé, il est fusillé le 4 septembre 1942 avec plusieurs prêtres de l'église et quelques notables laïques. D'autres membres du réseau seront également arrêtés, parmi eux la fiancée de Jan Kubiš, Anna Malinova torturée, a qui ont présente la tête coupée de son petit-ami conservée dans un bocal d'alcool. Envoyée en déportation elle est gazée en arrivant à Mauthausen. Une actrice Anna Letenská accusée de complicité dans cette affaire sera également déportée et mourrut au camp de Mauthausen. Les Allemands procèdent également à des actes de barbarie ignobles dans les environs, c'est ainsi que des villages, notamment celui de Lidice va être entièrement rasé. Tous les habitants masculins sont assassinés, les femmes envoyées en déportation à Ravensbrück et les enfants déportés à Chelmo ou placés dans des familles allemandes dans le cadre du programme Lebsensborn (aryanisation des indiviudus).

00himmlerH17

Reinhard Heydrich 1904 - 1942 . (Bundesarchiv)

Bundesarchiv_Bild_146-1972-039-44,_Heydrich-Attentat

La Mercedes après l'attentat. (Bundesarchiv) 

Operace_Anthropoid_-_Jozef_Gabčík

Jozef Gabčík 1912 - 1942. (vets.estranky.cz) 

Operace_Anthropoid_-_Jan_Kubiš

Jan Kubiš. 1913 - 1942 (public domain) 

Josef_Valčík

Josef Valčík du groupe "Silver A" qui aida le commando Anthropoid.

Operace_Anthropoid_-_Karel_Čurda

Karel Curda (1911 - 1947) soldat de l'armée tchèque en exil. Membre d'un commando précédemment parachuté le 28 mars 1942, c'est lui qui va trahir les auteurs de l'assassinat d'Heydrich. Passé à l'ennemi sa traitrise lui rapporte un million de Reichmarks, somme offerte pour toute information permettant l'arrestation des responsables de l'assassinat et les Allemands lui donne une nouvelle identité. Il va épouser une Allemande, puis devint un espion à la solde de la Gestapo. Arrêté après la guerre il sera jugé à Prague pour trahison, reconnu coupable il est éxécuté par pendaison le 29 avril 1947.

Pravoslavny_katedralni_chram_sv__Cyrila_a_Metodeje_Resslova_Praha

L'église orthodoxe Saint-Cyrille-et-Methode, où eu lieu l'assaut final. (Ludek)