La Jaguar Type E est née en 1957 et 1958 sur la planche à dessins de Malcolm Strayer, sous le contrôle de William Lyons. L'usine de Coventry décide de lancer la production en 1959 avec une version en acier. Succedant à la série XK, elle est dévoilée pour la première fois au Salon International de Genève en 1961. La gamme comprend trois modèles (coupé, cabriolet et 2+2), trois séries et deux éditions limitées. Conçue initialement comme une auto sportive, elle est une évolution des Type D, le premier prototype est appelé Type E A1 (pour caisse alu), il est équipé d'un moteur de 6 cylindres de 2.4L développant 200ch. Dès sa mise sur le marché la Type E, devait faire face à des concurrentes sérieuses, comme les Ferrari ou Aston Martin, pourtant la Type E se détache du lot par son coût, très en dessous de ses rivales, jamais une voiture sportive n'avait été à la fois bon marché et rapide, avec une vitesse annoncée de 240 km/h.

  Sa conception n'était pas tout à fait nouvelle, elle adopte des lignes rappellant celles son aînée la Type D, avec une caisse monocoque autoporteuse, un faux châssis "Reynolds" en tubes carrés à l'avant, ce qui reprenait les caractéristiques des D de course. Elle possédait également quatres roues indépendantes, des freins à disques avant et arrière, une toute nouvelle suspension arrière équipée de quatre amortisseurs téléscopiques à ressorts intégrés et freins montés "inboard"contre le différentiel, le tout sur un berceau séparé. Même si elle offre des performances et une tenue de route inégalée pour son époque, la Type E coûte assez cher en qui concerne son entretien, du fait de sa conception. Son système de suspension arrière sera largement utilisé par la suite par Jaguar sur beaucoup de Type S, XJ et XJS. Sa présentation en 1961, fait naître un extraordinaire engouement auprès des vedettes, qui l'achètent immédiatement.

  Le modèle coupé possède un long capot avec un bossoir central, son hayon à ouverture latérale donne un bon espace de rangement, quant à celui du cabriolet il est plus que "symbolique". Très rapidement un coupé 2+2 vient étoffer la gamme, avec deux petites places à l'arrière, il est également disponible en boite automatique, avec l'influence du marché américain, outre-atlantique, la Type E est renommée Jaguar XK-E. Sur le plan sportif, sa carrière est assez modeste en retrait derrière les autres modèles de séries pas assez légers, en particulier les Ferrari 250 GT. Pour offrir plus de rivalité l'usine Jaguar fabrique la série " Lightweight" en seulement douze exemplaires équipée d'une carrosserie et d'un bloc en aluminium, mais après plusieurs problèmes de fiabilité en course, la marque britannique revient à des blocs en fonte préparés pour 300ch. Elle obtient néanmoins un bon palmarès que ce soit au Royaume-Uni, qu'au Tour de France Auto. De nos jours les Type E engagées en catégories VHC de courses en France, au Royaume-Uni ou aux Etas-Unis sont devenues bien plus performantes qu'à l'époque glanant bon nombre de trophés, avec des préparations poussées, notamment les moteurs développant 340 ch.

  A partir des années 1970, la Jaguar Type E subit un restylage esthétique et technique qui dénature la pureté originelle de sa carrosserie. Celà est dû notamment aux exigences des normes de sécurités et antipollutions en vigeur aux Etats-Unis, premier marché de Jaguar. Sur le plan esthétique, la Type E perd le carénage vitré de ses phares, reçoit des pare-chocs plus hauts et plus enveloppants et un agrandissement de son entrée d'air avant afin d'améliorer le refroidissement du moteur. Pour l'intérieur son tableau est différent équipé d'interrupteurs basculants. Du point de vue mécanique, sur les modèles destinés au marché américain, les trois carburateurs SU HD8 sont remplacés par deux Zenith-Stromberg, diminuant ainsi la puissance, comme sur la série 1.5. Les voitures pour le marché européen conservent quant à elles les trois carburateurs d'origine. Les freins à disque de système Dunlop sont remplacés par des Girling, plus performants. Entre 1971 et 1975, la série 3 est elle aussi restylée, elle reçoit un moteur V12 de 5.3 litres ce qui devient la série caractéristique, même si quelques exemplaires sortent avec la motorisation d'origine. Le gros moteur à besoin d'une grille de radiateur surdimensionnée, mais connaitra tout de même quelques problèmes de refroidissement. Cependant ce nouveau bloc, bien entretenu etait très fiable, offrant une plus grande douceur de fonctionnement et une reprise plus puissante. La série 3 est fondée exclusivement sur la version 2+2 à l'empattement allongée, sa boite à vitesses automatique étant désormais offerte à la fois sur les roadsters et versions coupé 2+2. Les freins avant Girling sont maintenant ventilés et le châssis long et la prise de poids, même si le V12 n'était plus lourd que le XK, donnèrent à la Type E un caractère plus civilisé, mais encore sportif, surtout avec les rares versions équipées de boites manuelles, très recherchées.

  Malgrè ses cinquante ans, la Jaguar Type E garde une place de choix auprès des amateurs, elle symbolise l'archétype des voitures sportives des années 60. Emblématique avec un désign incoyablement magnifique, la Type E reste encore de nos jours un mythe roulant.

Paris_-_Bonhams_2013_-_Jaguar_e-type_série_1_3_8_litre_coupé_-_1962_-_004

Coupé 1962. (Thesupermat)

Jaguar_E-Type_Light_Weight_(left_side)_built_in_1963-64

Série limitée "Lightweight" de 1963. (Lothar Spurzem) 

1280px-1963_Jaguar_XK-E_Roadster

Roadster Type E serie 1 de 1963. (Photo Dan Smith)

dean550crash

Coupé 1964. (Ralf Rolestchek) 

Paris_-_Bonhams_2014_-_Jaguar_E-Type_Series_2_2+2_Coupé_-_1970_-_001

Coupé 2+2 série 2. (Thesupermat) 

Paris_-_Bonhams_2014_-_Jaguar_E-Type_Series_2_2+2_Coupé_-_1970_-_005

(Thesupermat) 

1280px-Chelsea_Auto_Legends_2012_(7948543270)

Chelsea Auto Legends 2012. (The Car Spy)

1280px-Jaguar_E-type_(serie_III)

Série 3 de 1971. (Matěj Baťha)

1280px-110_ans_de_l'automobile_au_Grand_Palais_-_Jaguar_E-Type_Series_III_V12_Roadster_-_1972_-_001

Série 3 V12 1972. (Thesupermat) 

1280px-110_ans_de_l'automobile_au_Grand_Palais_-_Jaguar_E-Type_Series_III_V12_Roadster_-_1972_-_006

(Thesupermat) 

1280px-Bonhams_-_The_Paris_Sale_2012_-_Jaguar_E-Type_Series_III_V12_Roadster_with_factory_hardtop_-_1972_-_013

Série 3 Roadster V12 avec un hardtop. (Thesupermat)

1280px-JaguarGoodwoodHill

Jaguar Type  E à Goodwood Hill en 2011. (Surreal Name Given)