Né à Villecresnes dans le Val-de-Marne le 26 mars 1952, Didier Pironi débute la compétition automobile en participant au Tour de France automobile en 1972, sur une Ford Capri 2600 RS Gr2 en tant que coéquipier de Jacques Hoden. La même année il remporte sur le circuit du Castellet, le Volant Elf et devient champion de France de Formule Renault en 1976. Passé en F2 il termine la saison 1977, à la troisième place du championnat, derrière son coéquipier René Arnoux et accroche une victoire au GP de Monaco.

  Il rejoint son compatriote Patrick Depailler en 1978 dans l'écurie Tyrrell (sponsorisée par Elf) il dispute et remporte les 24 Heures du Mans avec le vétéran Jean-Pierre Jaussaud sur un prototype Alpine-Renault. La saison 1979 est assez laborieuse, face à la suprématie des Williams, Ferrari ou Ligier, l'écurie Tyrell ne peut désormais plus faire jeu égal et le pilote français doit se contenter de quelques places d'honneur. En 1980, Pironi entre chez Ligier, et espère bien se faire un nom, dès sa cinquième course il s'impose à Zolder en Belgique en remportant ainsi sa première victoire en Formule 1. Malgré tout Didier Pironi se lasse assez vite des coups de gueule de son patron Guy Ligier et de son statut de deuxième pilote, dérrière son coéquipier Jacques Laffite. Il répond présent lorsqu'il est sollicité par la Scudéria Ferrari, pourtant au plus mal, mais décide de finir la saison avec Ligier, il termine à la cinquième place du championnat. En 1981, Didier Pironi découvre à son arrivée chez Ferrari, une Scudéria en pleine reconstruction qui vient de suivre l'exemple de Renault, en lançant un moteur turbo. Dans ce contexte technique délicat, Pironi doit subir la plupart du temps la loi de son coéquipier, le Canadien Gilles Villeneuve, déjà victorieux cette année de deux courses rentrées dans les anales de la F1 et surtout adulé par les tifosis. Malgrè cette rivalité en courses, les deux pilotes entretiennent une grande amitiée hors-pistes.

  Avec l'arrivée à maturité du moteur turbo, Ferrari nourrit de grandes ambitions pour la saison 1982. Pourtant le début de la saison n'est pas du tout conforme aux prévisions que la Scudéria s'était fixée, il faut attendre le GP de Saint-Marin (boycotté par les équipes britanniques) pour que Ferrari retrouve son aise. Lors de cette course, dont l'issue semble être assuré par un doublé Villeneuve-Pironi, le pilote français entreprend en fin de course d'attaquer son coéquipier, malgrè que le stand Ferrari avait gélé les positions et agité le panneau "Slow" devant ses pilotes. Une lutte fraticide s'engage entre les deux monoplaces dont Didier Pironi sort vainqueur, Villeneuve ne cache pas son amertume et sur le podium, boude le succès de son équipier. La réconciliation entre les deux hommes n'aura jamais lieu, au GP suivant en Belgique, lors des qualifications Gilles Villeneuve trouve la mort pendant son tour de décélération après avoir tenté de battre son équipier qui venait de terminer à la sixième place. Quelques mois plus tard, Didier Pironi est impliqué dans un nouveau drame, qui va endeuiller le GP du Canada. Au cours du départ il cale et se fait emboutir à l'arrière par l'Osella de l'inexpérimenté pilote italien Ricardo Paletti qui est tué sur le coup. Avec sa monoplace de plus en plus performante, Didier Pironi va très vite s'affirmer dans les manches suivantes en gagnant de nombreuses places d'honneur et signe une victoire au GP des Pays-Bas à Zandvoort. Bien placé pour le titre mondial à quelques courses de la fin de la saison, Pironi va voir ses espoirs réduits à néant, lors des essais qualificatifs du GP d'Italie. Lancé à pleine vitesse, sur un circuit arrosé par la pluie, la Ferrari s'envole sur la Renault d'Alain Prost, roulant au ralenti devant lui et masquée par le brouillard. Après un terrible vol plané, la monoplace retombe sur le nez, broyant les jambes de son pilote. Encore conscient, Didier Pironi parvient à convaincre les medecins de pas l'amputer, mais sa carrière de pilote de F1 vient de s'arrêter. Au tableau du championnat c'est le Finlandais Keke Rosberg qui parviendra à le dépasser de 5 ponts seulement au terme de la saison, faisant de Pironi le vice champion du monde 1982.

  Après des mois d'hospitalisation, de multiples opérations et une longue rééducation, le pilote français parvient à reprendre une vie normale. En 1986, il fera des test pour les écuries AGS, Ligier et Larousse, en vue d'un éventuel come-back, mais les essais ne sont pas concluants et poussent Didier Pironi à regarder ailleurs. En 1985 il se découvre une nouvelle passion pour les courses nautiques sur des bateaux "offshore", de véritables F1 des mers et s'enthousiasme pour cette discipline. En 1986 il se lance dans la compétition aux commandes d'un surpuissant Rocky-Euromarché aux côtés de Jean-Pierre Fruitier, le seul pilote français de cette catégorie. Désirant fonder sa propre équipe, Didier Pironi avec le soutien financier d'Elf et du groupe Midial via ses marques Banania et Colibri, commande la conception d'un bolide "offshore" baptisé Colibri, qu'il pilote lui-même. Pironi remporte sa première course début août 1987 à Arendal en Norvège, mais deux semaines plus tard, au large de l'île de Wight, le 23 août Pironi et l'ensemble de son équipage constitué de Jean-Claude Guénard et du journaliste Bernard Giroux, trouvent la mort au volant du Colibri, après que le bateau lancé à grande vitesse accroche une vague latérale le faisant décoller de l'avant et se retourner complètement. Le navire fut par la suite réparé et piloté par Jean-Pierre Jarier, il est ensuite offert à Michel Hommell créateur du musée du Manoir de l'automobile à Lohéac où il est exposé.

3452217097

Didier Pironi 1952 - 1987. (circuitmortel.hautefort.com)

SC00361

Didier Pironi et Jacques Hoden en 1972 avec la Ford Capri RS. (photo Jules Hoden)

Didier-1

GP de Monaco en 1977 sur Formule 3. (Jacques Hoden)

1979-d10

Tyrrell. (passionformule1.formumactif.org)

Pironi1

(keyshun.canalblog.com)

1980_brandshatch_04

En 1980, avec son équipier Jacques Laffite. (didierpironi.net)

5790649344_41b1623c4f_z

Sur la Ligier. (flickr.com)

5536

Chez Ferrari. (thescudéria.net)

4Didier-Gilles-copie

Didier Pironi et Gilles Villeneuve. (fl1.com)

villen11

1982 GP de Saint-Marin, Pironi est vainqueur devant son équipier Gilles Villeneuve. (passionformule1.forumactif.org)

Didier-Pironi-and-Niki-Lauda

Pironi et Lauda. (fl1.net)

Accident-Pironi

Les secours sortent le coureur après son accident en Italie. (racingmania.org)

F1-Pironi

De gauche à droite Didier Pironi, Bernard Giroux et Jean-Claude Guénard à bord du Colibri. (autonewsinfo.com)

2n84hg1

23 août 1987, le Colobri en course quelques instants avant le drame. (junglekey.fr)

ADP4

Le bateau après s'être retourné. (fl1.net)