Cet appareil est sans doute un des bombardiers alliés les plus connus de la Deuxième Guerre. Sa conception débute en 1934, après que le constructeur Boeing ait remporté le marché pour la conception d'un bombardier lourd, les projets des autres concurrents étant jugés insuffisants par l'armée américaine. Celle-ci dresse un cahier des charges précis, le nouvel appareil doit pouvoir transporter une tonne de bombes, posséder plusieurs moteurs, une autonomie d'au moins 3 000 km et une vitesse de 320 km/h. Le premier prototype dénommé YB-17 vole pour la première fois le 28 juillet 1935, l'armée de l'air signe un contrat de 65 avions de présérie. Cependant le 30 novembre 1935 le prototype s'écrase peu après son décollage et les circonstances du crash rendent l'Etat-Major méfiant et la commande est réduite à 13 appareils.

  Après diverses modifications, le nouveaux prototype prend son envol le 2 décembre 1936 et les 13 exemplaires sont livrés. Les ingénieurs font encore des améliorations, notamment au niveau de la dérive qui est agrandie et les moteurs dont la puissace est augmentée. La fabrication de série commence avec le B-17B qui rejoindra les escadrilles à partir de 1939. Il sera bientôt suivi du B-17C sur lequel des améliorations sont apportées: les tourelles de défense sont améliorées, une mitrailleuse de 12,7mm est ajoutée à l'avant, un blindage pour la protection de l'équipage et des réservoir auto-obturants. Il faudra attendre le B-17D pour que l'appareil reçoive une tourelle ventrale et une amélioration du refroidissement des moteurs. La production de grande série intervient en 1941, avec le B-17E, sur cette nouvelle version les ingénieurs vont remédier à un problème majeur soulevé par l'armée. Sur les modèles antérieurs il était impossible que l'avion puisse se défendre contre des assaillants venant par l'arrière. Une nouvelle tourelle armée de deux mitrailleuses de 12.7 mm est montée à l'extrémitée du fuselage, la position des autres mitrailleurs sera également améliorée. Un agrandissement des ailes et de la dérive va permettre à l'appareil d'avoir une meilleur stabilité.

  La version la plus produite sera celle du B-17G. Les premières attaques mennées par L'USAAF, ont pu démontrer que le quadrimoteurs n'était pas assez défendu vers l'avant, c'est pourquoi une tourelle de 2 mitrailleuses va trouver sa place sous le nez de l'appareil. Avec cette modification l'armement défensif de l'avion passe à 13 mitrailleuses, car les deux placés sur les côtés avant sont conservées. La robustesse du B-17 est fort appréciée des équipages qui savent qu'il peut rentrer à la base même après avoir encaissé de gros dommages. Il possède également de bonnes performances à haute altitude, mais avec l'avancement du conflit , sa capacité d'emport de bombes reste inférieur aux autres bombardiers lourds de son époque.

  Si certains B-17 ont été engagés dans le Pacifique, c'est en Europe qu'ils seront le plus utilisés, pour les bombardements massifs. Les Britanniques en ont reçus quelques uns ils apprécient sa capacité de bombardement à haute altitude, et procèdent à des attaques en larguant des bombes à 30 000 pieds (10 000 m), or les Américains préconisent de 20 000 à 25 000 pieds, soit 6 000 à 7 500 mètres d'altitude. Les escadres américaines opèrent à haute altitude en utilisant le viseur à correction gyroscopique Norden (secret défense) permettant une meilleur visibilité de la cible. Les unités de la 8e Air Force arrivent des Etats-Unis le 12 mai 1942 pour s'établir à Hight Wycombe à l'ouest de Londres, formant le 97e groupe de bombardement. La première de ses attaques sur le sol français se produit le 17 août 1942 quand le 97e groupe procède à un bombardement de la gare de triage de Sotteville-lès-Rouen. Mais à partir de 1943, les Alliés vont concentrer la majeur partie de leur effort sur les industries de guerre allemandes. Après la guerre, certains B-17 seront engagés pour le conflit de Corée. D'autres ont été utilisé comme drones radiotélécommandés pour servir de cibles aux premiers tests des missiles air-air ou pour voler dans des zones pour effectuer des relevés d'essais atomiques. La France s'équipera d'une flotte de 14 B-17 en 1947 volant pour le compte de l'Institut géographique national français pour des missions photographiques aériennes. Les B-17 seront retirés du service actif en 1968. En juillet 2011, il y avait encore une dizaine d'appareils en état de voler, que se soit en Europe qu'aux Etats-Unis. Deux sont en cours de restauration à l'aérodrome de La Ferté Alais, mais une cinquantaine d'autres plus en état de fonctionner sont exposés dans divers musées.

Boeing_Model_299_b299-3

Modèle 299 première ébauche du futur B-17. (US Air Force)

Boeing_B-17D_in_flight

B-17D en 1941. On peut constater l'absence de tourelle arrière et dorsale, ainsi que sa dérive de première génération. (US Air Force photo)

1280px-Memphis_Belle_crew

L'équipage du B-17F baptisé "Memphis Belle", ils furent les premiers à effectuer les 25 missions de guerre, signifiant leur billet de retour aux Etats-Unis. Aujourd'hui le bombardier est exposé dans la ville de Memphis dans le Tennessee.

B-17_bombing_japanese_positions_on_Gizo_Island,_Solomon_Islands

Un B-17F au-dessus des Îles Salomon. (USAAF)

B-17s-532d_Bombardment_Squadron

En formation au-dessus de l'Allemagne en 1944. (United Army Air Force)

1280px-B17-F-45-VE

Boeing B-17F.

B-17_on_bomb_run

La version G fut celle la plus produite durant toute la guerre.

1280px-B-17_belly_turret

Vue d'une tourelle ventrale démontée du B-17. (BrokenSphere)

486th-bg-b17-ball-turret-art-1945381

Sur cette photo d'époque on peu se rendre compte de l'étroitesse de la tourelle ventrale. (theamericanwarrior.com)

1280px-B-17_Flying_Fortress_Cockpit

Vue du cockpit. (Source US Air Force)

800px-B-17_bombardier_station_and_nose_turret-20060603

Vue de l'avant. (Mark Wagner)

1280px-Liberty_Belle_04

Tourelle arrière. (Danleo)

1280px-Liberty_Belle_02

Postes des mitrailleurs latéraux. Au centre on remarque le dôme de la tourelle ventrale qui peut tourner à 360°. (Danleo)

1280px-Liberty_Belle_05

Le Liberty Belle en 2005. (Danleo)

381st_Bomb_Group_Boeing_B-17G_Flying_Fortress_crew_returns_from_Frankfurt_1944

Un équipage du 381st Bomb Group de retour d'une mission au-dessus de Francfort en 1944. (worldwarphotos.info)

the-most-amazing-landings-of-boeing-b17-flying-fortress-25

(piximus.net)

side3

(worldofwarplanes.eu)

the-most-amazing-landings-of-boeing-b17-flying-fortress-12

Comme le démontre ces trois photos certains bombardiers pouvaient encaisser de gros dégats et revenir à la base. Bien que touché de plein fouet par un obus de la Flak allemande au-dessus de Cologne, le pilote à réussi à regagner l'Angleterre. Deux membres de l'équipage ont été tués. (piximus.net)

B-17 Mitrai lat Altitude

Deux mitrailleurs latéraux avec le masque à oxygène pour le vol en altitude. (ardennesavions45.blogspot.fr)

Boeing_B-17G_2_BG_dropping_bombs

Mission de bombardement. (USAAF)

04b1266fd3fc4eb0600117e51a986711

Ce B-17 perd une aile au-dessus de l'Allemagne touché de plein fouet par la Flak (DCA). (pinterest.com)

B17-crash

Celui-là aussi ne rentrera pas. (fiddlersgreen.net)

B-17G_91_bomb_Group_323BS_42-30157

Ce B-17 du 91st Bomb Group / 323rd Bomb Squadron a eut plus de chance il s'est posé en catastrophe dans la campagne anglaise en juillet 1944. (worldwarphotos.info)