Jean Tulasne est né le 27 novembre 1912 à Nancy, son pére François ex-officier de cavalerie devenu aviateur trouve la mort le 5 octobre 1929 dans une collision aérienne dans l'Allier. Après avoir fait des études au Prytanée militaire de La Flèche, Jean Tulasne entre à Saint Cyr en 1931. En 1933 il est nommé sous-lieutenant, et passera deux ans à l'Ecole de l'Air de Versailles Villacoublay. Le 7 juillet 1934 il obtient le brevet de pilote militaire, puis sera promu lieutenant  le 1er octobre 1935, avant de rejoindre son affectation dans un groupe de bombardement à Avord. Le 6 avril 1936, il est muté à la 3e Escadre de chasse de Dijon.

  En 1940, Jean Tulasne se retrouve stationné à Rayak (Liban), c'est là qu'il songe à rejoindre les F.F.L. Rendu responsable de la désertion de trois de ses camarades pilotes, il est premièrement interdit de vol, puis autorisé à voler sous la surveillance d'un équipier. Le 5 décembre 1940, aux commandes d'un Moranne 406, il simule une panne moteur et part en vrille dans une couche de nuages, faussant compagnie à son équipier, l'Adjudant-Chef Amarger. Quelques heures plus tard il se pose à Lydda près d'Haïfa, pour s'engager dans la Royal Air Force britannique. Plus tard il rejoint la France Libre et commandera le Groupe de chasse "Alsace" en Afrique.

  En novembre 1942 il est à la tête de l'escadron de chasse 2/30 Normandie, qui part représenter l'Armée française sur le front russe. Le 17 juillet 1943, lors de la grande offensive soviétique sur Orel, l'escadrille Normandie-Niemen escorte des avions d'attaque au sol russes, Iliouchine II-2 "Stormovik", au-dessus de Znamenskaïa,  mais une trentaine de FW-190 allemands sont aussi dans le même secteur. Pendant le duel aérien qui s'engage, le commandant Tulasne disparait, la dernière fois qu'il est aperçut par ses équipiers, son Yak traine derrière lui une épaisse fumée noire. Sur le chemin du retour, il n'y a aucune trace du pilote ou de son appareil. Vingt ans plus tard le corps d'un pilote français est retrouvé, inhumé à Moscou, au cimetière Vedenskoje, sous une dalle portant la mention "Pilote français inconnu", il est certain qu'il s'agit bien du commandant Jean Tulasne. Au moment de sa disparition il était titulaire de 3 victoires homologuées.

  Distinctions obtenues:

  Officier de la Légion d'honneur.  Compagnon de la Libération.  Croix de Guerre avec palmes.  Médaille Coloniale F.F.L. avec agraphe "Lybie".  Médaille du Levant avec 7 citations.  Ordre de la Guerre pour le salut de la Patrie (Union Soviétique).  Grande médaille d'or de l'Aéro-club de France (posthume).

tulasne2

Commandant Jean Tulasne 1912-1943. (cieldegloire.com)

tulasne

Le Yak 1b du Cdt Tulasne en avril 1943. (forum.gaijinent.com)