Fort du succès de la Traction Avant, Citroën charge son designer Flamino Bertoni de concevoir un nouveau véhicule.    Bertoni travaille en collaboration avec André Lefèvre, ingénieur issu de l'aéronautique, qui vont faire naître une automobile révolutionnaire pour son époque. Présentée au salon de l'automobile en 1955, elle tranche radicalement avec tout ce qui était jusqu'alors connu. Son museau équipé d'une fine calandre est long et effilé, avant plus large que l'arrière,ses clignotants arrières ressemblent à des tuyères de réacteurs, les deux premières années son échappement se termine en queue de carpe. la fixation des roues se fait par un simple écrou central jusqu'en 1966, démontage des ailes arrières obligatoire pour changer les roues qui sont de dimension différente que les avant. Un carénage recouvre le dessous de la voiture avec deux    systèmes à effet Venturi, pour le refroidissement des disques de freins avant, son poste de conduite est assez futuriste avec un volant monobranche, ainsi que son levier de vitesse servant de démarreur.

  Succèdant à la Traction Avant, c'est la première voiture à généraliser l'emploi des systèmes hydroliques centralisés, notamment la direction et la suspenssion hydropneumatique qui permet de faire varier la garde au sol ce qui facilite le changement de roue. Sa construction obligea l'invention de nouvelles machines servant à la mesure pneumatique des pièces. Malgrès son moteur à arbre à cames latéral, son cambrage au freinage, sa fragilité aux chocs, elle fut  la référence des voitures de luxe tout le long des années 60 et donna à Citroën une bonne longeur d'avance. Son confort, sa tenue de route exeptionnelle et son grand espace à l'arrière, en firent immédiatement la voiture présidentielle du général de Gaulle.

  Tout au long de sa construction, son moteur à quatre cylindres en ligne passera de 1,9 à 2,00 puis 2.1 et enfin 2,3 litres d'où les désignations des différents modèles DS 19, 20, 21 et 23. Malgrès quelques évolutions le moteur à arbre à came latéral et vilebrequin à trois paliers manquera de sophistication et fut considéré comme la plus grande faiblesse de la DS. A partir de 1969, l'injection electronique Bosch ( Type D-Jetronic) fait son apparition dur la DS 21 IE pour injection electronique, pour une puissance de 125ch. En 1968, la DS  subit un lifting, notamment l'avant qui intègre quatre phares carénés. les gros optiques extérieurs incluant les codes s'ajustent à l'assiette tandis que les optiques  intérieurs longue portée à iode peuvent s'orienter selon la trajectoire du véhicule, du moins pour les modèles dotés de la direction assistée. En serie sur toutes les versions DS, mais en option pour les modèles de la gamme D.

   Le liquide LHS (Liquide Hydrolique Synthétique) utilisé pour le circuit de la suspenssion hydrolique engendre des pannes à répétitions peu après le lancement de la voiture. celà  est la conséquence d'un oubli de la part des ingénieurs chimistes de Citroën. Le liquide devient oxydant au-dessus de 40°C et ronge tous les joints. Un léger changement de formule résout le problème en 1957. a partir de 1966, une toute nouvelle huile verte d'origine minérale, le LHM (Liquide Hydrolique Minéral) qui est utilisé par beaucoup de machines industrielles, offre l'avantage d'une stabilité supérieure, avec un point d'ébullition avoisinant les 300° C.  Les pièces hydroliques pour le LHS sont incompatibles avec le LHM. Après un grand succès en Europe la DS aura du mal à s'imposer aux Etats-Unis, notamment à cause de certains équipenents abscents, vitres electriques, climatisation et une legislation aujourd'hui obsolète,interdisant des dispositifs inovants comme le LHM et les phares  aérodynamiques. 38 000 DS sont néanmoins vendues, ce qui est une performance honorable, pour un marché réputé difficile pour un constructeur français. De nos jours la DS est devenue culte aux Etats-Unis, bichonnée par beaucoup de collectionneurs. Le pic de production est atteint en 1970 et la DS restera conccurentielle sur le marché pendant plus de vingt ans. A la fin de sa carrière certains de ses aspects comme son habitacle étroit et son levier de vitesses au tableau de bord, commencèrent à paraître vieilliots. Finalement après plus d'un million trois cent mille exemplaies construits, elle fut remplacée par la CX au milieu des années 70. Voiture mythique une DS 23 cabriolet à été vendue 344 850 euros en février 2009.

 

  CARACTERISTIQUES TECHNIQUES:

   Constructeur:                    Citroën.

   Production totale:          1 330 755 exemplaires.

   Classe:                           Grande routière.

   Usine de d'assemblage:      Javel (Paris)

   Energie:                         Essence.

   Moteur    (s);                     4 cylindres.

   Cylindrée;                      1911, 1985, 2175 ou 2347cm3.

   Transmission:                    Traction

   Boite à vitesses:              Manuelle à    commande hydrolique ou automatique.

   Poids à    vide:                   1 170kg.

   Carrosseries:                  Break, Berline, cabriolet.

    Longueur:                       4 800mm.

    Largeur:                         1 790mm.

    Hauteur:                         1 470mm.

 

              1955

                                                             DS 19 de 1955.

 

              1957-DS-19

                                         Poste de conduite d'une DS 19 de 1957.

 

              Cabriolet-1958

                                                            Cabriolet 1958.

 

                    DS-clignotant-ar

                                      Clignotant arrière en forme de tuyère d'avion.

 

                   Details-coupe

                                                                Coupe d'une DS.

 

               21-Pallas-1966

                                                          DS 21 Pallas de 1966.

 

               DS-21-Pallas

                                               Poste de conduite de la 21 Pallas.

 

               ID-1967

                                                                 DS ID de 1967.

 

               CitroenDS-1969

                                                                             1969.

 

                       Michelin20test20rig_640

Prototype de la DS "mille pattes" réalisé pour l'équipementier Michelin de Clermond Ferrand servant à tester les pneumatiques de poids lourds.

 

                 23Pallas-1975

                                                               21 Pallas de 1975.

 

                      ds23break-1974

                                                              DS 23 break de 1974.

 

                       monte-carlo-img_0012-img

La DS à également connu une carrière sportive au milieu des années 60. Le pilote finlandais Paulie Toivonen avec une DS au rallye Monte-Carlo en 1964.

 

                     Nerey2

  En 1972, un protototype est réalisé pour la catégorie rallye, la DS sera amputée de sa malle arrière.

 

               DS-23-Rallye-Raid-1973 

                                                     Catégorie rallye-raid en 1973.

 

               DS-Rallye

                                                 DS au rallye du Portugal en 1973.