Cette petite voiture de "plein air" fut conçu partir de 1968 par Citroën, utilisant une carrosserie 2 places en polymère thermoplastique (ou appelée ABS), relativement rigide avec une bonne tenue aux chocs et pouvant être moulée. Un premier prototype de la jeep 2cv est apparu à la fin des années 1950, à Abidjan, fruit des travaux de Maurice Delignon un restaurateur installé en Afrique. Pour carrosser son projet, il utilise des panneaux nervurés, semblables à ceux montés sur le Type H.

  L'idée est reprise par deux industriels français expatriés en Côte d'Ivoire, qui vont concevoir en 1963 un modèle baptisé "Baby Brousse", sur la base de la Citroën 2cv et une carrosserie rustique qui est facilement réalisable avec une simple plieuse de tôles. Son aspect extérieur évoque déjà quelque peu la future Méhari. La "Baby Brousse" fut assemblée par les forges et ateliers de l'Ebrié à Abidjan, qui en produit plus de 30 000 exemplaires. Reprenant l'idée à son compte Citroën lance une version tôlée, la FAF, destinée aux pays en voie de développement ou émergents, mais elle n'eut pas le succès de la "Baby-Brousse" originale. D'autres seront fabriquées dans différents pays Viêt-Nam, Iran Chili (appelées Yagan) et en Grèce. Voiture utilitaire, mais se prétant assez bien à un usage récreatif, notamment comme voiture de plage, elle suit les traces des buggies venus des Etats-Unis. le premier qui eut l'dée d'utiliser du polymère thermoformable teinté dans la masse, fut un industriel français, le marquis Roland de la Poype, ex-as de l'escadrille franco-russe Normandie-Niemen qui avait combattu sur le front Est pendant la Seconde Guerre mondiale.

  Les premières Mehari vont sortir des chaines de montage en 1968, mais dès 1970 Citroën décide de modifier la carrosserie et remplace les clignoteurs latéreaux issus de la 2cv, par ceux du fourgon Type H reportés sur la face arrière. Elle est montée sur la base de la Dyane, et possède le moteur 602 cm3 , la boite à vitesses et le train-avant de l'Ami6, le volant de la 2cv, les roues, les phares, les essuie-glaces et le frein à main proviennent de la Dyane, quant aux feux arrière ils sont ceux du Type H. Sa carrosserie en ABS (Acrylonitrile Butadiène Styrène) emboutie à chaud et teinté dans la masse, est capable de revenir en place après un léger choc. Elle est soutenue par deux cadres métalliques de trellis tubulaires boulonnés à la plate-forme, un pour l'avant le second à l'arrière. A partir de 1979, le tableau de bord emprunte les deux cadrans à la Citroën LN, et les premières Mehari 4x4 sortent d'usines, destinées dans premier temps pour la défense nationale. Elles sont identifiables grâce à la roue de secours fixéee sur le capot (option), des pare-chocs supplémentaires à l'avant et l'arrière, des passages de roues élargis (1982) de gros pneus structurés, en option, et les feux arrière semblables à l'Acadiane. Cette version possède une boite à vitesses avec réducteur (4 vitesses normales et trois avec réducteurs) lui permettant de franchir des pentes jusqu'à 60%. Pour l'époque c'est un des rares 4x4 à roues indépendantes. L'armée française , cherchant un véhicule pour faire la tansition entre la jeep Hotchkiss et la Peugeot P4, passera commande de 7 064 exemplaires de Mehari à deux roues motrices, dont 691 en version auto-école. Pour les besions des militaires la Mehari dispose d'un circuit électrique de 24 volts (12 volts pour la gendarmerie) pour alimenter la radio. Les deux batteries de 12 volts sont montées en série avec un coupe-circuit interposé, la deuxième batterie est logée à la place de la boite à gants. La production de la version 4x4 est arrêté en 1983.

  Durant sa présence sur le marché, la Méhari n'était pas homologuée en Allemagne, à cause de sa carrosserie en plastique inflammable, cependant Fierfab, une entreprise d'Outre-Rhin propose en 1975, le modèle pick-up baptisé "Sherpa" avec un pare-brises rabattable sur la base de la Citroën Dyane, la version fut poduite jusqu'en 1982. La Méhari  s'est également exportée aux Etats-Unis à partir de 1970, mais pour répondre à la réglementation américaine, la face avant du véhicule à été modifiée pour recevoir les gros optiques , ces modèles seront classées dans la catégorie des camionnettes. La dernière version de la Mehari fut la série nommée "Azur" apparue en 1986 avec sa carrosserie blanche et bleue, la production s'arrête définitivement  en 1988.

tb05d46b2af

Citroën Mehari. (autotitre.com)

Roland_de_La_Poype_(1920-2012)

Le marquis Roland de la Poype (1920 - 2012), pendant la Seconde Guerre mondiale il rejoint l'escadrille de la France libre devenue plus tard Normandie-Niemen qui combat sur le front de l'Est avec les Russes, il termine la guerre au grade de capitaine avec 15 avions abattus. Revenu à la vie civile en mars 1946, il entame une carrière et devient industriel, il est notamment le fondateur du Marineland D'Antibes et le concepteur de la carrosserie de la Mehari. (opex360.com)

13436094965_4c4ef32308_b

L'ancêtre de la Mehari, une FAF (Facile a Fabriquer) tôlée produite en petit nombre par Citroën pour les pays en voie de développement ou émergents.

1280px-Mehari_1977

(Photo Le bandit42)

1977_Citroën_Méhari_(6465714999)

(Spanish Coches)

1978_Citroën_Méhari_(9502102809)

(Niels de Witt)

Capbreton,_Landes_-_France_(8465367995)

(Mic)

1280px-ACitroën_Méhari

(Trojanbackoncommons)

Citroen_Mehari_(13035856185)

(Dennis Elzinga)

1280px-20120701_Citroën_Mehari_volante

Tableau de bord de première génération. (Antramir)

Mehariinnen

Poste de conduite de dernière génération. (Stanzilla)

1280px-Red_1971_Citroën_Dyane_6_Mehari_pic2

(Alf van Beem)

54eac41a873fda092c0ba64e09edbb30

Citroën Mehari 4x4.

Citroën-Méhari-4x4-6

Version 4x4. (lautomobileancienne.com)

00CA5122-AV

Version modifiée pour le marché américain. (2cvclub.com)

00CA5122-AR-1170x720

(2cvclub.com)

Citroën-Mehari-US-4

(lautomobileancienne.com)

citroen-e-mehari-750x410

La E-Mehari électrique de 2016. (auto-moto.com)

citroen-e-mehari-2017

E-Mehari de 2017. (squir.com)