Andreas Nikolaus Lauda, dit Niki, est né le 22 février 1949 à Vienne, dans une famille issue de la grande bourgeoisie autrichienne. Sa passion naissante pour le sport automobile, va vite l'opposer aux siens qui voient celà d'un très mauvais oeil. Le jeune homme décide de suivre sa voie et coupe les ponts avec sa famille. Il va effectuer plusieurs petits jobs pour financer ses débuts en compétition. Il use également de son patronyme célèbre pour pouvoir contracter des prêts de plus en plus importants dans des banques autrichiennes.

  Niki fait ses débuts en compétition en 1971, lors du GP d'Autriche en se payant le volant d'une modeste March, puis en 1972 à l'aide d'une forte somme d'argent il effectue une saison complète. En 1973, moyennant finances il trouve un volant dans l'équipe BRM, tout en remportant les 4 Heures de Monza sur une BMW 3.0 CSL avec son relayeur australien Brian Muir en Touring pour l'équipe BMW-Alpina, ainsi que les 24 Heures du Nürburgring avec  Hans-Peter Joisten. Dans l'impossibilité de rembourser la somme qu'on lui réclame, Niki fait croire à son nouvel employeur qu'il est soutenu par un sponsor et promet de rembourser en cours de saison. Mais les résultats ne sont pas au rendez-vous et malgrè les primes décrochées dans d'autres catégories comme le tourisme ou l'endurance, il n'est plus en mesure de rembourser ses dettes. Cependant les choses s'arrangent lorsque Lauda participe au GP de Monaco où il se montre enfin performant en pointant pendant un moment avant d'abandonné en troisième position devant la Ferrari de Jacky Ickx. Celà lui permet un changement de statut passant de pilote payant à pilote payé. En fin d'année après  une bonne prestation aux 24 Heures du Nürburgring avec une victoire en Grand Tourisme (toujours avec Joisten sur Alpina) Niki est recruté par la Scudéria Ferrari. On raconte que devant sa télévision Enzo Ferrari aurait eu un coup de coeur pour Lauda pendant la diffusion du GP de Monaco.

  Pourtant son entrée chez la Scudéria rend perplexe divers observateurs. En effet le pilote autrichien passe pour être un pilote laborieux et non un prince de la vitesse. Il fera taire les scéptiques, en amenant Ferrari au pemier plan, tandis qu'il s'affirme comme le meilleur pilote de sa génération. Bien parti pour pouvoir viser le titre pour la saison 1974, pourtant il chute au classement à la suite de pannes mécaniques et fautes de pilotage, il termine à la quatrième place du championnat. La saison suivante Niki Lauda devient meilleur en rapidité et maitrise de la course (ce qui lui vaut le surnom de l'Ordinateur), il remporte son premier sacre mondial, mais aussi le BRDC International Trophy hors championnat. En 1976 Lauda semble bien placé pour une seconde saison consécutive pour dominer le classement. Avant de courir le GP d'Allemagne, Niki Lauda compte 31 points d'avance sur le sud-africain Jody Schekter et 35 sur James Hunt. Le 1er août 1976, sur la tracé du Nürburgring il part en pneus pluie, à l'issue du premier tour il rentre aux stands pour chausser les silcks, puis repart dans le peleton. Lors de son second tour, dans le gauche rapide précédant le virage de Bergewerk, Lauda perd le contrôle de sa monoplace qui frappe l'extérieur de la piste avant de rebondir au milieu de la trajectoire, où elle est percutée par d'autres concurrents lancés à pleine vitesse. Sous l'effet du choc initial le casque de Niki Lauda est arraché et la Ferrari s'embrase. A moitié conscient et prisonnier du brasier pendant plus d'une minute, le pilote autrichien est extirpé de sa voiture par Arturo Mezario, Brett Lunger, Guy Edwards et Harald Ertl.

  Transporté d'urgence à l'hôpital d'Adenau, Lauda grièvement brûlé au visage est défiguré, mais l'inquiétude des médecins se porte sur l'état de ses poumons, car le pilote à respiré des vapeurs hautement toxiques et souffre de graves difficultés respiratoires. Son état est si critique qu'un prêtre est appelé pour lui administrer les derniers sacrements. Contre toutes attentes il survit, et à peine six semaines après son accident, les brûlures de son visage encore vives, il s'aligne sur la grille de départ du GP d'Italie qu'il termine à la quatrième place. Pendant son abscence James Hunt en à profité de refaire son retard au championnat, en prenant à Niki Lauda 21 points en trois courses, tandis que le développement de la Ferrari à été gelé. A la veille de l'ultime épreuve du championnat sur le tracé de Fuji au Japon, Niki possède que trois points d'avance sur son rival James Hunt, mais en raison des trombes d'eau qui s'abattent sur le circuit, Niki Lauda renonce volontairement dès la fin du premier tour, offrant ainsi le titre à Hunt. Les avis de nombreux observateurs sont divisés, certains y voient une force de caractère, d'autres notamment en Italie et au sein de la Scudéria pensent que Lauda bien que physiquement rétabli est définitivement perdu pour le haut niveau.

  En 1977, Niki Lauda est relégué à la deuxieme place de la Scudéria derrière l'Argentin Carlos Reutmann. dans une ambiance délétère il fait taire les sceptiques en dominant son coéquipié et remporte son deuxième titre mondial. Lors d'un entretien plutôt orageu avec le Commendatore à Modane, Lauda fait part de sa décision de partir, mais Ferrari est furieux se sentant trahi se voir son pilote quitter l'équipe avant le terme de la saison. Lorsqu'il reprend les commandes de son avion personnel , à Modène, Niki Lauda est mis en attente pendant deux heures par la tour de contrôle, le contrôleur lui dit: << vous quittez Ferrari, fini les privilèges >>. Il rejoint l'écurie Brabham-Alfa-Roméo en 1978 et malgrè deux victoires la même année, il n'est plus en mesure de viser le titre. La saison suivante, après douze courses l'Autrichien dont la voiture est totalement ratée et peu fiable, pointe à la dernière place avec un seul point. Après une quatrième place en Italie, il annonce l'arrêt de de sa carrière avec effet immédiat, le matin des premiers essais du Grand Prix du Canada. Niki peut alors s'occuper du développement de sa propre compagnie aérienne Lauda Air récemment créée. Il reprend les commandes d'une monoplace qu'en 1982 signant chez McLaren. Il retrouve le plus haut niveau, mais termine dixième la saison suivante. La saison 1984 lui sera bénéfique avec cinq victoires et son troisième sacre mondial, avec un demi point d'avance sur son coéquipié Alain Prost, plus performant mais moins régulier. En 1985 Lauda fait une saison discrète et signe sa 25e et dernière victoire à Zandvoort, avant d'annoncer sa retraite définitive.

  Après sa carrière de coureur Niki Lauda devient consultant chez Ferrari, à la demande du nouveau Président Luca di Montezemolo qui était son directeur sportif à ses débuts. Il quitte la Scudéria en 1995, avant d'entamer une carrière de commentateur de Grands Prix pour les chaines de télévisions allemandes et autrichiennes. Sa compagnie aérienne Lauda Air fondée en 1978, ayant été rachetée par Austrian Airlines, Niki est plus ou moins poussé dehors par les nouveaux propriètaires en novembre 2000. Il reprend en deux temps les rênes de l'écurie Jaguar-Racing mais au bout d'un an il est remercié par les dirigeants de Ford. En 2003 il fonde une nouvelle compagnie aérienne FlyNiki avant de revendre ses parts à Air Berlin en 2011. En septembre 2012, Niki Lauda devient président non-éxécutif de l'équipe Mercedes Grand Prix et va jouer un rôle important dans le recrutement de Lewis Hamilton. Il décède le 20 mai 2019 à 70 ans.

Niki-Lauda

Niki Lauda (1949 - 2019) triple champion du monde de F1. (exame.abril.com.br)

F1_Large_4

Le coureur sur March en Autriche en 1971. (forum-auto.com / darsougold91)

Lauda-1972-Monaco

Monaco 1972. (motorsportretro.com)

niki_lauda__germany_1973__by_f1_history-d6qcnfo

GP d'Allemagne 1973. (deviantart.com)

editorial-editorial-19681

Spa 1973, Niki Lauda sur BMW-Alpina. (franceoldbmwpassion.xooit.com)

james-hunt-niki-lauda-11

Niki Lauda et James Hunt. (formulpassion.it)

Niki-Lauda-Ferrari-312-B3-1974

Ferrari 1974. (formulpassion.it)

Full-Lap-of-the-Nürburgring-Circa-1975

Nürburgring.1975. (formulpassion.it)

1975b

Arrivée du GP de Monaco 1975. (cuentasvueltas.wordpress.com)

monaco-winners-1975-niki-lauda-ferrari_2768637

Monaco 1975. (cuentavueltas.wordpress.com)

lauda_prit_dans_les_flammes

La Ferrari en feu au Nürbugring 1er août 1976. (pinterest.com)

lauda_hospital2

Le pilote autrichien grièvement brulé pris en charge par les secours. (cuentasvueltas.wordpress.com)

tumblr_mvjozeg9uS1sh73vro1_1280

L'épave de la voiture après l'accident. (imgbuddy.com)

Niki-Lauda_inside_full_content_pm_v8

1976. (parismatch.com)

Lauda_GP_Italia_1976

A peine six semaines après le terrible accident qui à faillit le tuer, et ses brûlures faciales encore vives, Niki Lauda participe au GP d'Italie.

niki_lauda__united_states_1976__by_f1_history-d5llrhn

Etats-Unis 1976. (deviantart.com)

3782220109

Lauda et Hunt en 1976. (circuitmortel.hautetfort.com)

niki_lauda__france_1977__by_f1_history-d6sil6t

France 1977. (deviantart.com)

1000

1977. (en.espn.co.uk) 

niki_lauda__netherlands_1977__by_f1_history-d6gkkb7

Deuxième titre mondial 1977. (deviantart.com)

1978-Anderstorp-Niki-Lauda-Brabham-BT46B620

1978. (viveref1.com)

Niki%20Lauda%20at%20the%20British%20Grand%20Prix,%20July%201978

1978. (mirror.co.uk)

imagesXCDW5AWV

1979. (hdwallpapersfactory.com)

niki_lauda__great_britain_1982__by_f1_history-d5mpe3z

Grande-Bretagne 1982. (deviantart.com)

scan0043

GP du Canada 1983.

Niki-Lauda-et-Toto-Wolff-apprécient-le-système-de-points-doublés

1984. (lemagsportauto.com)

84

Alain Prost et Niki Lauda 1984. (sport.ndtv.com)